• L'automne de Guillaume Apollinaire

    L’automne

     

    Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux*

    Et son bœuf lentement dans le brouillard d'automne

    Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux*

     

    Et s'en allant là-bas le paysan chantonne

    Une chanson d'amour et d'infidélité

    Qui parle d'une bague et d'un cœur que l'on brise

     

    Oh ! L’automne a fait mourir l'été

    Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises

    Guillaume Apollinaire (1880-1918)

     

    cagneux* : qui a les jambes rapprochées à la hauteur des genoux et écartées près des pieds.

    vergogneux* : honteux

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :